Domaine Elodie Balme, une histoire moderne

Elodie Balme avoue s’être très tôt intéressé au vin et à sa fabrication. Son grand-père, Maurice Charavin, était un pionnier, propriétaire d’une des premières caves particulières de Rasteau. Les traces du domaine remontent même à 1789 où l’on retrouve le patronyme Char-à-vin à Rasteau. Les parents d’Elodie Balme ont repris les terres mais ont décidé d’intégrer les coopératives de Rasteau, Roaix-Séguret et Vaison-la-Romaine au début des années 80.

Les fées "Charavin" se sont penchées sur son berceau

Les vignes, elle est donc née dedans mais n’a pas encore pris la mesure de leur importance. Adolescente, il fallait aller donner un coup de main le samedi après-midi plutôt que faire des sorties avec les copains… le vin en revanche était plus intriguant et mystérieux.

A l’âge de 15 ans, le premier site qu’elle a visité avec son ordinateur flambant neuf était consacré au vin, aux cépages qu’elle classait… Parfois, elle se rendait sur les salons de coopérateurs avec son père : on y causait vin et vinification…

Son bac en poche, Elodie Balme s’oriente vers un DUT techniques de commercialisation du vin à Avignon, relayé par des stages au Domaine Beau Mistral à Rasteau. Consciencieuse, Elodie s’investit dans cette partie commerce et administration mais se rend compte que ses envies sont ailleurs. Elle veut approfondir ses connaissances sur le vin en lui-même !

Elle attaque alors un BTS Viticulture-oenologie en alternance chez un ami de la famille, Marcel Richaud à Cairanne. Deux ans riches d’enseignement qui se prolongeront d’une année supplémentaire durant laquelle Elodie prépare en parallèle son installation.

Première vinification en 2006

Soutenue par son père Robert Balme et encouragée par Marcel Richaud, Elodie Balme vinifie ses 3,5 premiers hectares dans la remise de la vieille ferme familiale, avec deux cuves récupérées chez le grand-père. Le Domaine Elodie Balme est né. Un départ dans des conditions un peu laborieuses et précaires, mais l’envie et la motivation sont là. Les résultats aussi.

La décision est prise d’agrandir la remise en 2009 pour créer… une cave.

Chaque étape de développement est mûrement réfléchie aussi bien au niveau des vignes qu’en cave. L’important est de garder la maîtrise sur le travail bien fait. Les vignes sorties petit à petit des coopératives sont choisies pour respecter un équilibre qualitatif entre ce qui demeure en coopérative et ce qui rejoint le Domaine Elodie Balme.

Aujourd’hui, le Domaine Elodie Balme compte 17ha sur les communes de Rasteau (7ha), Roaix (6,5ha) et Buisson (3,5ha). L’ensemble des « terres des Balme » représente environ 25 hectares, les 8 hectares restant sont travaillés en famille et apportés en coopérative.

Les principaux cépages :

  • Grenache
  • Carignan
  • Mourvèdre
  • Cinsault
  • Syrah
  • Merlot
  • Clairette

L’âge moyen des vignes du Domaine Elodie Balme se situe autour de 40 ans. Les doyens, des Carignan choyés, ont plus de 100 ans et une bonne partie des Grenache atteignent 60 à 80 ans. Certaines ont été plantées plus récemment par chaque génération et d’autres projets vont éclore.

Domaine Elodie Balme… en toute simplicité, du nom de la vigneronne qui conduit les quelque 17 ha de la cave située à Rasteau, au cœur des Côtes-du-Rhône méridionaux.

Un nom fluide, qui coule et qui sonne bien… alors pourquoi aller chercher un autre nom ? Après tout, les vignes, c’est elle, le vin c’est elle, même si elle sait pouvoir compter sur la fidélité de son équipe et la bienveillance de quelques maîtres bachiques. « On est toujours un peu seul dans la prise de décision, mais je sais pouvoir compter sur ceux qui m’entourent » confie-t-elle dans un sourire.